Le déodorant anti-transpirant : responsable du cancer du sein ?


Le déodorant anti-transpirant a connu une bonne réputation lors de son lancement. Il se voit très efficace à sa destination « anti-transpirant ». Mais, que se passe-t-il pour notre corps lorsqu’on empêche sa transpiration normale ?

Pourquoi le déodorant anti-transpirant serait-il responsable du cancer du sein

cancer-du-sein.jpg

Le déodorant anti-transpirant a comme fonction de régulateur de sueur des aisselles (à la surface de la peau). Il influe sur la sécrétion de sueur avec son élément compositeur « sels d’aluminium». En plus des sels d’aluminium, le désodorisant anti-transpirant contient aussi de l’alcool pour le séchage, des agents antimicrobiens pour réduire l’odeur de transpiration, de parfum pour une sensation de fraicheur, des huiles émollientes pour apaiser les irritations temporisés par la silice, de parabènes et des gaz pour conservation. L’utilisation du désodorisant anti-transpirant respecte l’indication prescrite telle   deux soirs successifs à raison d’une fois par semaine pendant un délai d’un mois, puis, un soir à raison d’une fois par semaine seulement. En cas d’utilisation massive, l’on risque d’avoir une absorption de sels d’aluminium en exponentiel. Or, un taux de sels d’aluminium élevé peut causer un cancer de sein chez un humain. Cette hypothèse est une étude faite par des spécialistes (Breast Cancer Alliance (Société américaine de lutte contre le cancer du sein), États-Unis, Breakthrough Breast Cancer (centre de recherche et association caritative britannique de lutte contre le cancer), Royaume-Uni, …), mais à faible résultat de confirmation.

De quel composant faut-il se méfier pour rester en bonne santé ?

deodorant-anti-transpirant.jpg

Pour rester en bonne santé il faut se méfier du taux de sels d’aluminium dans notre corps. Ces sels peuvent résulter de  la consommation de la nourriture, de l’eau, etc. Avec l’utilisation de désodorisant anti-transpirant, le corps consomme aussi des sels d’aluminium. Ainsi, il faut savoir bien doser tant l’utilisation de ces désodorisants anti-transpirants que la consommation des sels d’aluminium dans des nourritures.